Jean MOUNIC naît en 1913 à Trébons-de-Luchon petit village des hautes vallées du Luchonnais d'une famille de paysan modeste.
Musicien «routinier» il apprend d'oreille à jouer de l'accordéon diatonique. Il restera fidèle à cet instrument délaissé par la plupart des accordéonistes d'alors, l'accordéon chromatique étant jugé plus performant pour les airs à la mode de l'époque.
A quatorze ans Jean anime ses premiers bals dans les fêtes traditionnelles des environs. Il nous expliquera que son père lui en donna l'autorisation, malgré son jeune âge, car il gagnait en une soirée plus qu'un maçon en une semaine (extrait).
Dès lors il ne cessera de faire danser dans tout le canton.
Il rejoint très vite le groupe folklorique des Fils de Luchon, véritable institution dans la région, où il sera durant longtemps l'instrumentiste attitré.
Son jeu était simple et efficace. Il marquait la cadence très fortement donnant à sa musique une dynamique propice à la danse. A l'occasion, il pratiquait le chant, en français ou en gascon. Les thèmes de ses chansons empreints de malice et d'humour était toujours adaptés à l'ambiance et au moment.
Nous nous sommes rencontrés au milieu des années 70. D'abord surpris par l'intérêt que nous lui portions Jean s'est vite intéressé à notre démarche. Une confiance s'est installée sur l'échange dans une relation chaleureuse.
Quelques mois après nos premières rencontres Jean s'est acheté un nouvel accordéon diatonique pour mieux pouvoir jouer dans les bals avec notre groupe "Era Gaveca".
Nous avons partagé avec lui des moments inoubliables, pendant près de 15 ans, autour de la musique et de la fête avec des moments de franche rigolade.
Sous son béret un regard vif et malicieux traduisait son caractère pétillant. Chaleureux, convivial et accueillant il faisait preuve d'une grande générosité. Digne et indépendant il menait une vie de bon vivant.
Nous avons bien sur collecté tout ce qu'il a pu nous apporter sur son expérience et sa culture (c-d) mais nous retiendrons aussi de lui un certain art de vivre.
Jean décèdera brutalement dans son lit une nuit de 1992 à l'âge de 79 ans.
Connu de tous, il laissera longtemps un souvenir comme personnage haut en couleur et dernier joueur d'accordéon diatonique de sa génération.